Editorial du n°57

03/12/2021

L’art de naviguer dans la brume

Vincent Citot

            Raisonnons, pour voir où cela mène, sur un état social qui n’a peut-être point existé et qui probablement n’existera jamais, qui n’est donc qu’une fiction et que l’on pourrait appeler l’état d’ignorance. Supposons que les hommes ne sachent rien du monde naturel ni du monde humain, n’aient identifié aucune récurrence dans l’ordre des choses, aucune causalité ni aucune loi. A quoi ressemblerait leur politique ? En l’absence d’idée établie du faisable et des nécessités, on peut imaginer qu’elle ne serait qu’expression de la volonté – d’un seul, de quelques-uns ou d’une majorité. En effet, le vouloir ne trouverait en lui-même et dans les choses – ignorées, selon notre hypothèse – aucun principe d’autolimitation, aucun obstacle ni aucune impossibilité. Nul empêcheur de tourner en rond n’interromprait les délibérations pour dire : « mais c’est impossible ! ». Aucun savant, expert ou technicien ne serait consulté sur l’efficience des moyens en vue des fins projetées, ni sur les conséquences des actions envisagées. Bref, tout serait politique, c’est-à-dire objet d’une délibération possible. Ce serait le règne du vouloir.

A ceci près que les moralistes auraient sans doute voix au chapitre, faisant valoir que « tu dois, donc tu peux ! ». La volonté, libre de tout science, devrait se soumettre au Bien. Les religieux pèseraient également de tout leur poids dans les assemblées délibératives, car l’ignorance (savante) est l’autre nom de l’omniscience (spéculative). La nature ayant horreur du vide, l’état d’ignorance serait un état de certitudes généralisées ; chacun faisant valoir son intuition, croyance, foi ou révélation. Sans parler des rumeurs et des opinions qui, n’étant limitées par aucun savoir positif, pourraient jouir d’elles-mêmes sans entrave. Ainsi, la volonté politique, toute puissante en principe, serait finalement empêchée par des donneurs de leçon et des pseudo-sachants qui, pour n’être pas des savants, n’en seraient que plus enfoncés dans le fauteuil de leurs certitudes.

Imaginons à présent, pour voir où cela mène, un état social qui n’a peut-être point existé et qui probablement n’existera jamais, qui n’est donc qu’une fiction et que l’on pourrait appeler l’état de science. Supposons que les hommes sachent tout sur eux-mêmes et sur leur milieu, qu’ils connaissent les effets de toutes les causes et les lois les plus subtiles du monde naturel et humain. A quoi ressemblerait leur politique ? Elle se réduirait à des consultations de données, des mises en œuvre d’algorithmes et des processus automatisés. A quoi bon délibérer quand on connaît l’état des forces en présence, que les sondages fournissent toutes les informations utiles sur le corps social et que des ordinateurs calculent comment satisfaire tout le monde d’une façon optimale ? Exercer une action politique serait prendre le risque de l’inefficience, voire de l’effet contreproductif. Ce serait introduire de l’arbitraire et du frivole dans le monde bien ordonné de la connaissance sérieuse. Qui voudrait payer le prix de la frustration ou même de l’injustice pour jouir du plaisir de décider ? Cela semblerait aussi absurde que de s’obstiner à faire des opérations mathématiques à la main et au crayon, pour la gloire du travail de l’esprit, alors que l’on dispose de calculatrices plus rapides et plus fiables. Dans l’état de science, la délibération politique est une coquetterie dangereuse.

On pourrait objecter que la science ne peut connaître que le connaissable ; or ce que les hommes vont vouloir et qu’ils ne veulent pas encore, comment pourrait-elle le connaître puisque cela n’existe pas ? Les sondages informent sur l’opinion du moment, mais pas sur l’opinion future et encore moins sur les pensées à venir. En un mot, les savants et les experts sondent les choses et ce qui est (opinions, émotions, passions, intérêts), mais non les actions en cours et ce qui n’est pas (ce que les hommes voudront, penseront, décideront). Cependant, dans l’état de science, ce qui n’est pas est posé comme la suite nécessaire de ce qui est. Par conséquent, ce que les hommes vont vouloir et penser est déjà connu. La liberté est une chimère et la politique un théâtre. C’est Don Quichotte qui attaque les Géants. Or ce sont des moulins et lui un fou. L’état de science, comme l’état d’ignorance, est un monde de certitudes où la délibération politique est une nuisance.

Mais enfin ce ne sont que des fictions. L’humanité n’a jamais vécu dans l’ignorance radicale ; et l’omniscience est utopique (ou dystopique). Il faut toujours délibérer sur les actions à mener en tenant compte des connaissances partielles disponibles. Tout savoir et ne rien savoir sont deux façons de vider de sens la politique. Agir sans rien savoir, c’est partir à l’aventure (agitation et non engagement politique) ; agir en sachant tout, c’est déduire, appliquer, enclencher un processus. L’action politique est l’art d’agir en situation d’ignorance partielle et de savoir incomplet. Ni science appliquée, ni velléité arbitraire, la politique est l’art de gouverner un navire dans une brume plus ou moins épaisse. Cela est vrai des gouvernants comme des gouvernés, qui tous sont susceptibles d’action politique. L’homme fictif est un monstre aveugle (état d’ignorance) ou un dieu omniscient (état de science) ; l’homme réel est un animal politique.

Bien entendu, le marin préfère naviguer par beau temps. Tout savoir et tout anticiper reste, pour le politique, la situation idéale. Mais tandis que la liberté humaine était abolie dans nos fictions (l’état d’ignorance la vide de son sens et l’état de science la détruit dans son principe), elle revient au centre du jeu dans la réalité de la condition politique. D’abord comme brume résiduelle – on ne sait jamais à l’avance comment les individus et les groupes vont faire l’histoire –, ensuite comme revendication – les hommes libres attendent de l’action politique qu’elle les émancipe davantage encore. La politique n’a pas pour condition de possibilité la liberté – pas plus que la gestion des affaires publiques ne réclame un fondement métaphysique ni une philosophie de l’existence –, mais la possibilité de la liberté est la toile de fond de l’art politique. Authentique principe d’incertitude qui contamine tout ce qui est humain, car on ne sait pas exactement ce que soi-même et les autres vont vouloir et vont faire avant délibération. Et personne ne sait, ni les savants, ni les philosophes, ni les autres, si la liberté est davantage qu’une fiction utile et une conviction subjective. C’est l’incertitude (cognitive, axiologique et praxéologique), plus que la liberté, qui est condition fondamentale du politique ; mais la liberté, fictive ou réelle, agit comme obscurcissant puissant. On navigue toujours un peu dans la brume et nulle société ne peut se passer de politique.

.

.

.

Une Réponse to “Editorial du n°57”


  1. […] Science et Politique, par Vincent Citot (éditorial du n°57) […]


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :